"JE CONSTRUIS DES VOITURES POUR LES JEUNES HOMMES QUE SEULS LES VIEILLARDS PEUVENT SE PERMETTRE" E.F

L'EMBLEME

  

 

Voilà la photo transmise par la comtesse... Notez le cheval, symbole de la 91ème escadrille !  

 

 

    

Voici le blason de Modène, ça c'est pour le jaune !  

 

    

 

 

Le premier blason Ferrari est celui de l'écurie de course. Le blason en forme d'écu jaune avec un cheval cabré, où apparaît aussi S - F (pour Scuderia Ferrari) surmonté des couleurs du drapeau italien (vert/blanc/rouge). Il se retrouve d'abord sur les voitures de courses Alfa Roméo alignées par Ferrari entre 1929 et 1938, puis sur les Ferrari de course à partir de 1947.

 

    

 

 

On peut voir par exemple que le cheval de Ferrari se tient sur une patte, contrairement à celui de la 91ème escadrille. La dernière petite chose concerne la géométrie du cheval celui-ci est cabré. La dimension la plus importante pour Ferrari est le degré d'inclinaison de l'animal. Officiellement, cette inclinaison est de 58°, si l'on prend comme repère une ligne horizontale longeant le sabot arrière gauche et une ligne inclinée longeant les sabots arrières et avant droits.

 

 

 

    

En 1947, Enzo Ferrari devenu constructeur reprend également le « Cavalino rampante » comme emblème officiel de la marque. Le cheval noir est alors inséré dans un rectangle jaune vertical toujours surmonté des couleurs italiennes et portant le nom Ferrari dans sa partie inférieure. La première voiture à porter ce logo sera la 125 S de 1947. La voiture en question est la 125 S n°56 pilotée par Franco Cortese au Grand Prix de Rome. La voiture utilise un châssis tubulaire en acier et des suspensions à double triangulation à l'avant et la carrosserie est confiée à Touring à Milan. 2 exemplaires seulement seront construit en 1947, dont un vendu à Tony Vandervell, un riche industriel Anglais qui commença la course automobile au volant d'une Ferrari 125 en 1949. Dès 1948, la voiture sera rebaptisée 159 S avec un moteur réalésé à 1900 cm3. La 125 S disputa sa dernière course en 1950 à Spa pour le grand prix de Belgique où elle se classa 6ème dans les mains de Villoresi. Malgré son excessive rareté, la Ferrari 125 S posait les bases de toutes les Ferrari à venir : recherche de la performance absolue par un poids réduit au maximum et un moteur le plus puissant possible. En 1987, Michelotto offre à Ferrari une réplique exacte de la 125 S que l'on peut admirer à la galeria Ferrari de Maranello. Sachant que les deux modèles originaux ont disparu, la première victime d'un accident en 1947 puis reconvertie en 166 Spyder Corsa sous un autre numéro de châssis et la seconde également reconvertie en 1948, c'est bien le seul endroit où l'on pourra se recueillir devant une 125 S à la mémoire du Commendatore...

 

 

 
 

C'est Enzo lui même qui explique l'origine du symbole Ferrari dans une lettre adressée au comte Giovanni Manzoni :

L'histoire du Cavalino rampante est simple et fascinante. Le Cheval était peint sur la carlingue de l'avion de chasse de Francesco Baracca, l'héroïque aviateur mort sur le Montello, de l'escadrille des as de la première guerre mondiale. Lorsque, je gagnai en 1923 le premier circuit du Savio, que l'on courait à Ravenne, je connus le conte Enrico Baracca père du héros. De cette connaissance n'acquit ma rencontre avec la mère, Comtesse Paolina. Ce fut elle qui me dit un jour : "Ferrari, met sur tes machines le cavalino rampante de mon fils. Il te portera bonheur ". Je conserve encore la photographie de Baracca, avec la dédicace des parents, dans lesquels ils me confient l'emblème. Le Cavalino était et est resté noir ; j'ajoutai un fond jaune canari qui est la couleur de Modène.  

 

            Enzo Ferrari 3 juillet 1985

 

    

 

 
 

Ce geste s'explique par la sympathie des Baracca pour un compatriote de Modène mais aussi par la mort du frère aîné d'Enzo, Alfredo, décédé alors qu'il servait dans l'escadrille de Baracca au début de la guerre. Quoi qu'il en soit, Ferrari en est très honoré. Il remplace le fond blanc par un écu jaune représentant les couleurs de la citée de Modène, ville originelle de Enzo Ferrari où il à passé une partie de sa vie et y a construit sa première usine. Car à la fin de la 2ème guerre mondiale le gouvernement italien prône une décentralisation massive de toutes les industries afin d'éviter les bombardements alliers. Enzo Ferrari décida alors de s'installer dans un petit village nommé Maranello où sa femme avait des terres...  

 

 

 

 

 

 



08/01/2009

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres